• Sans lui, le mur de Berlin ne serait pas tombé dès le 9 novembre 1989. Günter Schabowski, jadis porte-parole du gouvernement de la République démocratique allemande (RDA), est décédé le 1er novembre 2015 à l’âge de 86 ans. Cet ancien fonctionnaire est-allemand était entré dans l’Histoire en prononçant une déclaration hésitante – et erronée – devant les médias, précipitant ainsi l’ouverture de la frontière entre les deux Allemagne.

    Moins d’un an plus tard, le 3 octobre 1990, les deux Allemagnes seront réunifiées au terme de quatre décennies de division.


    votre commentaire
  • Elser, un héros ordinaire

    d'Oliver Hirschbiegel
    Durée : 114 mn

    Sortie au cinéma : 21 octobre 2015

    "Allemagne, 8 Novembre 1939. Adolf Hitler prononce une allocution devant les dirigeants du parti nazi dans la brasserie Bürgerbräu à Munich. Une bombe explose, mais Hitler ainsi que Joseph Goebbels, Heinrich Himmler, Martin Bormann et d’autres ont quitté les lieux quelques minutes plus tôt. L’attentat est un échec. Rattrapé à la frontière suisse alors qu’il tentait de s’enfuir, Georg Elser est arrêté puis transféré à Munich pour être interrogé. Pour les Nazis, il s’agit d’un complot et on le soupçonne d’être un pion entre les mains d’une puissance étrangère. Rien ne prédestinait Georg Elser, modeste menuisier, à commettre cet acte insensé ; mais son indignation face à la brutalité croissante du régime aura réveillé en lui un héros ordinaire…"


    votre commentaire
  • Afficher l'image d'origine

    Ah, on entend souvent parler de méchants enfants ! / Comme de ces deux-là / qui s’appelaient Max et Moritz.

    C’est avec cette phrase que commence l’une des histoires allemandes pour enfants les plus célèbres. L’artiste allemand Wilhelm Busch, qui comptait au XIXe siècle parmi les dessinateurs et poètes humoristes les plus influents de son époque, a inventé ces deux galopins il y a 150 ans.

    En 7 mauvais tours, les deux garçons agacent les habitants de leur village : la veuve Bolte, l‘instituteur Lämpel, le tailleur Böck, le maître-boulanger, le paysan Mecke et Oncle Fritz. Les poules de la veuve Bolte meurent après avoir avalé des appâts, puis les garnements volent les poulets grillés et s’en régalent. Ils attirent le tailleur Böck sur un pont scié, ils versent de la poudre dans la pipe de l’instituteur Lämpel. La satire pleine d’humour noir de Wilhelm Busch se moque des différents types de personnages comme de l’autosatisfaction des petits-bourgeois. Mais la punition des deux garçons est draconienne : le boulanger les enfourne après que ceux-ci sont tombés dans sa pâte à pain. Mais ils survivent et se libèrent en mangeant le pain. Pris sur le fait alors qu’ils déchirent des sacs de céréales, le meunier les réduit en farine et les fait manger par ses canards.

           Afficher l'image d'origine     Afficher l'image d'origine    Afficher l'image d'origine    Afficher l'image d'origine

    L’humour et les frissons se côtoient dans Max et Moritz – une histoire de gamins en sept tours. Wilhelm Busch transcrit ses dessins sur des tablettes en bois en août 1865. Max et Moritz ne virent le jour qu’en octobre 1865. Le livre fut traduit en 10 langues dès le XIXe siècle, dont le japonais en 1887. 

    Même si, chez Wilhelm Busch, l’image et le texte sont bien séparés, on pourrait retrouver les scènes du livre dans une B.D. moderne. Les récits en images modernes seraient très différents si Wilhelm Busch n’avait pas existé !


    votre commentaire
  • La forêt-noire est le symbole de la Forêt-Noire, au même titre que le chapeau à pompons, le coucou et le jambon.

    Elle a été inventée il y a 100 ans. D'après ce que l'on raconte, c'est le pâtissier Josef Keller (1887-1981) qui donna pour la première fois la forme d'un gâteau à cette association de crème chantilly, de cerises et de kirsch. Josef Keller travaillait autrefois au Café Ahrend à Bad Godesberg. C'est là qu'il a créé  cette spécialité en 1915 et qu'elle a été servie pour la première fois. Le café est considéré comme le lieu de naissance de la forêt-noire. Il existe toujours aujourd'hui. Il s'appelle désormais le Café Agner, et Bad Godesberg est aujourd'hui un quartier de Bonn, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Josef Keller déménagea ensuite à Radolfzell am Bodensee où il ouvrit son propre café. Le gâteau remporta également un grand succès sur place. La forêt-noire correspondait aux goûts des clients, elle se fit connaître dans les environs et se fit un nom dans le monde entier. Un des apprentis de Josef Keller emporta avec lui la recette originale. Elle est aujourd'hui conservée dans une pâtisserie à Triberg im Schwarzwald.


    votre commentaire
  • La réunification, 3 octobre 1990. Fête devant le bâtiment du Reichstag, à Berlin © picture alliance/dpa

    « Nous sommes un peuple ! »

    Le 3 octobre 1990, un peu moins d’un an après la chute du mur de Berlin, l’Allemagne retrouvait son unité. L’heure était à la joie des retrouvailles, si longtemps attendues. Mais chacun le savait : le défi allait être immense pour « harmoniser les conditions de vie » entre ces deux mondes aux trajectoires si différentes pendant 40 ans. Un quart de siècle plus tard, le bilan est extrêmement positif.

    Pour en savoir plus : ici


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique